Le lien profond entre le stress et l’acné

Notre corps est l’hôte d’une série de relations interdépendantes entre le cerveau, la peau et les intestins. 

Dans le cadre de l’acné, on pense tout de suite à guérir la peau, mais on oublie un facteur majeur : le stress. 

On accorde généralement plus d’attention aux produits cosmétiques et à l’alimentation, en mettant de côté l’impact que peuvent avoir le stress, les émotions difficiles et les traumatismes (conscients et inconscients).

Pourtant, et j’ai pu l’observer à plusieurs reprises, notamment au cours du dernier mois, un épisode de stress peut déclencher une inflammation cutanée, parfois surprenante de par son intensité…

Et cette inflammation est souvent source elle-même de stress et de baisse de moral ce qui mène droit vers… plus d’inflammation ! 

Bienvenue dans le cercle vicieux ! 

Le stress, bien au-delà d’une simple tension mentale, laisse des empreintes profondes sur notre peau, devenant ainsi une pièce essentielle du puzzle de notre guérison cutanée.

L’axe cerveau-peau

Saviez-vous que le cerveau et la peau partagent une origine embryonnaire commune ? Pendant le développement embryonnaire, l’ectoderme, l’une des trois couches primaires, donne naissance à des tissus variés, dont le système nerveux central (le cerveau) et, étonnamment, la peau.

Cette connexion embryonnaire explique la relation étroite maintenue entre la peau et le cerveau tout au long de la vie. 

Certains composés, tels que la corticolibérine (CRH) et l’ACTH, produits par les kératinocytes (qui fabriquent les cellules de la peau, l’épiderme) et les mélanocytes (qui fabriquent la mélanine qui nous protège des UV), sont associés à la réponse au stress. Notamment, le cortisol, l’hormone du stress, sécrété en réponse à l’ACTH, peut également être synthétisé au niveau cutané ! 

Impact du stress sur la peau

Dans le contexte du stress psychologique, la peau réagit en synthétisant d’autres médiateurs, tels que la prolactine et les catécholamines. 

De forts niveaux de prolactine peuvent réprimer les hormones responsables de l’ovulation : bonjour le déséquilibre hormonal si on n’ovule pas… (→ regarde mes posts, partie 1, partie 2, sur le cycle menstruel sur Instagram). 

Une prolactine élevée augmente aussi l’activité de la 5-alpha-réductase, qui convertit la testostérone (hormone androgène) en sa version beaucoup plus puissante : la DHT. 

La DHT est d’ailleurs synthétisée au niveau de la peau ! 

Et la DHT est vraiment en cause dans l’acné, car elle va causer une augmentation de la production de sébum, une hyperkératinisation…

De plus, diverses cellules cutanées produisent des composants pro-inflammatoires, comme les interleukines (IL-1, IL-6) et des facteurs de croissance (TNF-alpha, interféron gamma).

L’interleukine-6 (médiateur inflammatoire) et le TNF-alpha, sont impliqués dans la réaction inflammatoire de l’acné…

L’axe “cerveau-peau” nous montre que la peau a son propre système réactif au stress (qu’il soit physique ou psychologique) et pourquoi il est IMPÉRATIF de mettre en place des choses pour réduire son stress quand on a de l’acné.

Stress et acné : un cercle vicieux

Je suis la première à savoir qu’avoir de l’acné est lui-même un facteur de stress, et de  savoir que le stress aggrave l’état de notre peau, et que cela nous stresse encore plus, et aggrave la peau, ce qui nous stresse etc….Vous voyez ou je veux en venir ? ^^’

De plus, cette réaction enclenchée par le stress peut anéantir tous nos efforts dans le domaine de notre routine beauté ou de l’alimentation. 

On peut avoir la meilleure routine beauté du monde, la meilleure alimentation… le stress peut totalement faire voler en éclats ces efforts et la solution ne sera pas de changer de cosmétiques, d’alimentation ou de compléments alimentaires mais d’agir sur notre réaction au stress.

Sans avoir agi sur la source du stress, sans retrouver l’équilibre, il nous sera difficile, voire impossible de voir notre peau s’améliorer. 

Il nous faut d’abord rompre le cercle vicieux du stress sur la peau afin de voir une amélioration de l’état de notre peau. 

De plus, lors d’une période de stress, nous avons tendance à négliger notre hygiène de vie en général…aïe, on s’enfonce. 

Rappelez-vous, il est possible de sortir de ce cercle vicieux. 

Vous n’avez pas à affronter cela seul(e). 

Toute aide est précieuse, et la première étape vers une peau saine commence par prendre soin de votre bien-être mental. 

Dans un prochain article, je vais partager mes astuces de relaxation, des méthodes simples à mettre directement en place et des idées de détente, alors, stay tuned !

En guise d’illustration, je partage avec vous l’impact du stress sur ma propre peau.

Je vous montrerai dans ce prochain article, l’amélioration de ma peau en agissant sur le stress grâce à ces conseils ! La preuve que cela fonctionne… 

Et vous, avez-vous observé une aggravation de l’acné lorsque vous traversez une période difficile ?

 Je t’invite à partager ton expérience en commentaire ci-dessous.👇

 

Au cas où vous ne sauriez pas, j’ai écrit un livre sur l’acné, fruit de mon expérience personnelle pour la réduire naturellement tout en réapprenant à m’apprécier : « Acné Positive : oubliez tout ce que vous savez ».